Monsieur l’évêque avec ou sans mitre
James Sacré

9,00 € (8,53 € HT)

Monsieur l'évêque avec ou sans mitre, James Sacré, illustrations de Edwin Apps, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2002, ISBN : 9782840311607

Présentation

"A quoi tu reconnais un évêque ?
Pas si facile s’il a pas sa mitre
Un spécialiste en évêques peut t’aider..."

Pour Monsieur l’évêque avec ou sans mitre mes raisons d’écrire sont restées les mêmes sans doute que pour les autres livres, même si je les ignore. Monsieur l’évêque n’est pas vraiment un livre pour enfants, mais un livre passant par des souvenirs de ma propre enfance, par l’expérience qu’on peut faire de choses du monde et par la découverte de mots dans les dictionnaires. Oui, comme c’est le cas pour tous mes autres livres. Un livre passé aussi par des peintures que je connaissais d’Edwin Apps.

Extrait

Un chapeau qui lui donne
Un air de Sablaise un peu lourde
ou de calisson d’Aix debout !
Le chapeau, mais la chaussure aussi :
L’évêque de Rome par exemple a des mules
En beau cuir souple marron rouge
Une sorte de pantoufle élastique et qui tient comme il faut
Le pied. Monsieur l’évêque avance
Et le confort de sa chaussure
Ça l’aide à faire un grand geste lent
De bénédiction.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« les persiennes déplient un air d’accordéon dans l’éventail des jours
danser les matins de réveillon demeure accessoire »
Amandine Marembert
Toboggans des maisons

L’auteur

Le plasticien

La Collection

La Halte belge Insensément ton corps Où qu’on va après ? Où patiente la lumière Fragments d’un désastre Non lieu provisoire L’Alimentation générale de Tombouctou Musée de l’os et de l’eau On disait Le Barillet : variations dramatiques T2 Colomb, Cortez & Cie Mi-ville mi-raisin Toro 33 Voix Toboggans des maisons Coquerets et coquerelles Le Bruissement des mots Le Bec de la plume Autobiographie d’un autre Pleine lucarne La Peur et son éclat Les Macchabs vites Friches Le Jour se lève encore À la Dublineuse Encyclopédie cyclothymique L’Absent Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances C’est papa qui conduit le train La Langue et ses monstres