On disait
Pascal Leclercq

publication 15 septembre 2013
9,00 € (8,53 € HT)

On disait, Pascal Leclercq, illustrations de Paul Mahoux , poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 2013, ISBN : 978-2-913388-84-0

Présentation

Qui n’a pas joué au fameux « On disait » ?
Mine de rien, ce mécanisme de l’imaginaire permet aux enfants de mieux comprendre le monde qui les entoure et de s’y intégrer.
Tout devient possible avec ces jeux de rôle : on est chat, crabe, on est propre sans jamais se laver, on n’est même pas né...
Pascal Leclercq et Paul Mahoux nous livrent ici des poèmes et des illustrations gigognes, anaphoriques, légers et profonds à la fois. Avec eux le monde s’ouvre en grand !

Extrait

On disait
qu’on était des chats,
qu’on avait le poil noir et soyeux,
qu’on marchait sur des coussinets,
qu’on regardait le foot à la télé,
avec l’air paresseux
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on sentait le monde
avec nos moustaches,
qu’on déplaçait les choses
d’un coup de patte,
qu’on voyait dans le noir passer
des monstres violets,
qu’on ne disait rien
pour ne pas se faire prendre.

On disait
qu’on s’était mis au lait,
qu’on savait miauler,
qu’on mangeait des croquettes et du pâté,
qu’on ronronnait quand on nous caressait.

Pour finir on disait
que ce n’était pas vrai
qu’on n’était pas vraiment des chats
et qu’on offrait des lunettes
à ceux qui s’étaient laissés prendre.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« les persiennes déplient un air d’accordéon dans l’éventail des jours
danser les matins de réveillon demeure accessoire »
Amandine Marembert
Toboggans des maisons

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Rimbaud, la tentation du soleil Le Sentiment de la nature Fragments d’un désastre Entrée en matière Vladivostok, aller simple Solaire Colomb, Cortez & Cie Le Loir atlantique La Ville autour Bavard au cheval mort et compagnie L’Ombre nue Des rêves au fond des fleurs L’Impatience Le Voyageur sans voyage Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Fragments d’un meurtre Labyrinthe L’Indifférent Un cri La Peur et son éclat Arènes 42 Petites proses voyageuses Dans le vent du chemin Toro L’Œil tourné Une clarté de passage L’Imaginaire & Matières du seuil Le Congrès d’automne Rien qu’une ombre inventée Nuitamment