Quatre écoutes du tonnerre
Philippe Lekeuche

11,50 € (10,90 € HT)

Quatre écoutes du tonnerre, Philippe Lekeuche, récit, gouache d'Isabelle Nouwynck, co-édition avec Les Éperonniers, coll. L'Ostiaque, 13x19 cm, 96 p., 1990, ISBN : 2.905910.17.8

Présentation

Je me suis soulevé au-dessus de toi et de moi. Le Je et le Tu prirent fin. La chute sera certaine, nous retomberons dans les mots. Chacun aura le sien. Nous retrouverons nos corps. Tu riras. Il y aura un livre, c’est inévitable...
Par ce texte, je voulais dire quelque chose de vrai, de véridique pour une fois. D’insupportable. Je me suis risqué à mourir, à vivre. J’ai osé prendre la parole, quitte à me faire bannir de la Cité. Que le “frère humain” qui pérégrinera jusqu’au bout de ce texte, sache que le même salut nous exulte, nous exallte et nous sauve.
- P.L.

Extrait

(...) Tu disais : attention, le texte s’articule, il y a des sens qui vont te prendre ! Je regardais autour : je ne voyais que ton air, que ta face d’ange. Je m’agrippais à ta figure, j’essuyais la surface de tes yeux, te gommais du visible. Rien n’y fit ! Je le sus : ton absence me rendait l’âme, la sagesse me gagna. Je perdais cependant l’Esprit, la folie nécessaire. A nouveau, tout se versait dans le solide.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Le Faraud séant Le Sentiment de la nature La Poignée de porte Pour mon ours blanc Mobilis in mobilier Friches Ouverture du cri Ciel inversé 2 Labyrinthe Ils L’Ourlet du ciel L’Absent Pays simple Le Congrès d’automne Poèmes poids plume L’Oiseau de nulle part Les Montagnes du soir Le Voyageur sans voyage Fragments du solstice La hulotte n’a pas de culotte Carnets du jardin de la Madeleine 33 Voix Parfois Le Perron Dans les jardins mouillés Un oursin La Source Carnets des solitudes En avant l’enfanfare ! Insensément ton corps