Une cigale dans la tête
Luce Guilbaud

Ouvrage épuisé

Une cigale dans la tête, Luce Guilbaud, illustrations de l'auteur, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », coédition avec Les Écrits des Forges, 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7,50€, ISBN : 9782890464230

Présentation

Les poèmes de Luce Guilbaud s’attachent à l’essentiel : le vent du large qui « souffre quand il souffle », le bois mort où « fleurissent les mésanges charbonnières », le chat « qui part, sans dire adieu », les fourmis dans les jambes, l’arbre de Pomonie, les larmes de la nuit qui « deviennent rosée du matin », le « petit nuage fatigué » qui va se coucher « en rond autour du phare »... et les mots pour dire tout cela ? « C’est à ceux pour aimer que je donne mémoire », répond l’auteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Le Faraud séant Premières poésies (1950-1955) La Guerre entre les arbres Variations sur des carnets gLoire(s) La Toile de la foraine - Lyon : portrait Solaire Capitaine des myrtilles Carnets du jardin de la Madeleine La Tombe d’un jeu d’enfant Chroniques d’un promeneur assis En toutes circonstances Triptike Tiens bon la rampe Dans les jardins mouillés Goutte d’eau Les Explorateurs La Mort de Woyzeck La Poignée de porte L’Œil tourné Opéré bouffe Tu me libellules Le Pôle magnétique Les Visages et les voix Ciel inversé 2 Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Quatre écoutes du tonnerre Chair de Sienne Un éditeur... Voilà !