Actualité Une phrase pour ma mère de Christian Prigent, par Jean-Marc Bourg, à Paris, du 12 janvier au 13 février 2011

, par Hélène Boinard


Une phrase pour ma mère de Christian Prigent (P.O.L) : Une « phrase » unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, s’enroule en un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure tutélaire de la mère. Spectacle mis en scène et interprété par Jean-Marc Bourg, que nous vous recommandons vivement (nous y avons assisté il y a quelques années, c’est splendide ! Et vous aurez le choix, il y a 25 représentations...) À la Maison de la Poésie de Paris, rens. et rés. sur son site ou Maison de la poésie - Passage Molière - 157, rue Saint-Martin- 75003 Paris - 01 44 54 53 00 (M° Rambuteau - RER Les Halles)

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

Erratiques Lavoir de toutes les couleurs Stilb suivi de Iréniques Villégiatures & Cie Pays simple Nuitamment Bavard au cheval mort et compagnie La poésie est facile La Halte belge Cheminement vers le rien Où qu’on va après ? La Tombe d’un jeu d’enfant La Nuit du libertin L’Existence poétique La Mort est en feu Carnets respiratoires Mobilis in mobilier Stabat Mater La Toile de la foraine - Lyon : portrait Zoophile contant fleurette C’est l’Eté Le Voyageur sans voyage Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Si petits les oiseaux Rien qui porte un nom gLoire(s) Ciel inversé 1 Premières poésies (1950-1955) Le Vent du dehors Petites proses voyageuses