Actualité Une phrase pour ma mère de Christian Prigent, par Jean-Marc Bourg, à Paris, du 12 janvier au 13 février 2011

, par Hélène Boinard


Une phrase pour ma mère de Christian Prigent (P.O.L) : Une « phrase » unique, ressassée, scandée de refrains obsessionnels, trouée d’apartés réflexifs et de digressions, s’enroule en un long lamento-bouffe. Son mouvement tente de régler le compte des désirs, des angoisses et des chagrins voués à la figure tutélaire de la mère. Spectacle mis en scène et interprété par Jean-Marc Bourg, que nous vous recommandons vivement (nous y avons assisté il y a quelques années, c’est splendide ! Et vous aurez le choix, il y a 25 représentations...) À la Maison de la Poésie de Paris, rens. et rés. sur son site ou Maison de la poésie - Passage Molière - 157, rue Saint-Martin- 75003 Paris - 01 44 54 53 00 (M° Rambuteau - RER Les Halles)

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

Mobilis in mobilier Course libre Billet pour le Pays doré Une cigale dans la tête Le Sens du toucher L’Indifférent Capitaine des myrtilles Des rêves au fond des fleurs L’Insu La Ville autour Entrée en matière Une clarté de passage L’Enfant sur la branche Un cri L’Etoffe des Corps Poèmes poids plume Villégiatures & Cie Si petits les oiseaux Le Loir atlantique Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Ils Zoophile contant fleurette Parfois L’Impatience Casanova et la belle Montpelliéraine Arènes 42 Chants de la tombée des jours La Traversée des grandes eaux Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances L’Or de l’air