Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

Couleur jardin Petites proses voyageuses La Peur et son éclat L’Existence poétique Le Loir atlantique Erratiques Rire parmi les hirondelles C’est papa qui conduit le train La Nuit du libertin Chants de la tombée des jours Ouverture du cri Variations sur des carnets Fragments du solstice Un alibi de rêve Mi-ville mi-raisin Encyclopédie cyclothymique L’Insu Le Soleil oiseleur La hulotte n’a pas de culotte Matière du temps 1 L’Alimentation générale de Tombouctou Musée de l’os et de l’eau Vladivostok, aller simple Un éditeur... Voilà ! À la Dublineuse La Mort est en feu gLoire(s) L’Appétit de Don Juan La poésie est facile L’Impossible Manque