Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti)
Lionel Bourg

publication 1995
Ouvrage épuisé

Al dente (de l'amour, du poème et des spaghetti), Lionel Bourg, pamphlet, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1995, 7.50€, ISBN : 2.905910.61.5

Présentation

Al dente !
C’est avec ce cri, lequel balance entre l’invective guerrière et l’exhortation à un prompt ralliement, qu’il m’arrive d’apostropher les deux ou trois convives qui, venus partager la pâte et le vin en ma tanière, se prélassent de discussions oiseuses en algarades apéritives, sirotant l’un le détestable whisky du poète un peu snob, l’autre un quelconque porto, le troisième enfin, à l’écart des débats, la dose réglementaire du pastis des familles qu’une larme d’orgeat fait accéder au statut exotique, vaguement trouble à l’évidence, de mauresque. On l’a deviné, tout à mes occupations de maître-queux, relégué dans l’antre d’une cuisine dont au demeurant j’interdis l’accès, surveillant la cuisson des spaghetti, le mijotage de la sauce (...), mobilisé par ma tâche et monopolisant le privilège d’en cours d’élaboration goûter l’affriolante décoction du Grand Œuvre, je ne pers pas le nord pour autant et participe en solitaire aux réjouissances générales, un verre à portée de main, où la robe jaune de cette satanée mauresque virevolte et m’aguiche.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Car elle aime partir en voyage. Elle aime les voyages en train. Elle aime les trains de longs voyages. »
Guy Goffette
Tacatam blues

L’auteur

La Collection

Un alibi de rêve Rien qui porte un nom Petites proses voyageuses L’Indifférent L’Insu Une clarté de passage Goutte d’eau Dans le vent du chemin Des sourires et des pommes L’Italien La Langue au chat Le Jour se lève encore Maintenant la nuit Les Choses n’en font qu’à leur tête Solaire Le Taureau, la rose, un poème L’Enceinte Les Montagnes du soir Quatre écoutes du tonnerre Coquerets et coquerelles Les Madones du trottoir De purs désastres, édition aggravée Le Sentiment de la nature Le Pôle magnétique Où patiente la lumière La Halte belge Premières poésies (1950-1955) Les Visages et les voix Tu me libellules Ouverture du cri