Arènes 42
Jacques Moulin

publication 2001
7,50 € (7,11 € HT)

Arènes 42, Jacques Moulin, poèmes, 5 dessins de Marc Degois, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2001, ISBN : 2.913388.27.2

Présentation

D’une rue éventrée par des travaux qui la fouillent, des arènes qui s’y trouvent, Jacques Moulin tire une lente évocation d’un lieu qui quitte ceux qui l’habitent... Poèmes en proses resserrées, qui alternent avec des vers qui plongent comme carotte dans un sol dévasté, Arènes 42 saisit ce moment où le paysage se défait, exhumant pierres du passé et ciel nouveau. Et c’est un adieu alors qu’on doit faire à un espace où l’on a habité. Jacques Moulin joue de la précision du lexique pour faire surgir dans l’abstraction des éléments une réelle présence.

Extrait

« J’habite un pied-à-l’air. On sent mieux la respiration du vent qui vient reprendre diaphragme juste à la jointure des toits, entre tuiles et lucarnes. Le matin on est à l’orchestre, celui des corneilles qui “rauqualisent” à même le houppier. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Le lévrier : rien de bien haut, mais tout ce galbe donne le vertige (et la désagréable impression de forniquer sur un meuble Louis XV). »
Pierre Senges
Zoophile contant fleurette

L’auteur

Le plasticien

La Collection

En toutes circonstances Rien qui porte un nom Le Bel aujourd’hui Banlieue nord Ils Corps antérieur Le Sens du toucher Encyclopédie cyclothymique Fragments d’un désastre Erratiques Pour mon ours blanc Carnets du jardin de la Madeleine Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) L’Errance, la dérive, la trace Le Perron Vladivostok, aller simple Presque le bonheur Journal de l’homme arrêté Labyrinthe Un alibi de rêve L’Imaginaire & Matières du seuil Arènes 42 Des rêves au fond des fleurs Pleine lucarne Un habitué des courants d’air C’est papa qui conduit le train Les Mots d’Alice Une cigale dans la tête L’Oiseau de nulle part Fragments d’un meurtre