L’Existence poétique
Philippe Lekeuche

publication 1995
Ouvrage épuisé

L'Existence poétique, Philippe Lekeuche, poèmes, 11 photomontages de Jean Dalemans, coll. Marine, 15x21,5 cm, 80 p., 1995, 12.50€, ISBN : 2.905910.54.2

Présentation

Ce livre de Philippe Lekeuche, qu’il faut découvrir, s’avère aussi étonnant que Le Chant du destin et Quatre écoutes du tonnerre (...). Du premier, Jacques de Decker vantait « la compacité de ces lingots de poésie ». Et la folie du réel qui s’y noue et que le verbe retaille comme à coups de hache. Dans le livre qui a suivi, en 1990, pas une page qui ne demeure hantée, et traversée de ces éclairs que la dérision arrache à la vérité.
Le livre qui paraît aujourd’hui s’intitule L’Existence poétique. Comment être au plus près de soi, dès lors que l’on avoue « Je suis là où je ne m’attends pas » ? Et qu’il faut « Essayer l’erreur, la trahison/De ce que je suis et qui m’encombre » ? Partout le verbe se retourne et taille, au cœur de la plaie - apollinarienne ? - du « voyou métaphysique ».
Mais il y a surtout du Villon chez Philippe Lekeuche - je veux dire dans son arbre généalogique. Dans son lyrisme limpide, cruel et cassé, si volontiers testamentaire ; dans cette manière de s’admonester, de se pousser à bout de faux-fuyant ; de croire encore qu’il faut survivre « parmi les loups et les tanks », parmi les « anges » aussi. Même « aboutissant à l’inabouti ». En bref, une voix qu’on ne saurait plus ne pas écouter.

- par Claude Michel Cluny, Lire, novembre 1995

Extrait

Au fond, je suis cet homme ordinaire,
Un demeuré poète, le frère
De ces passantes ombres du jour,
Ni pire ni meilleur car le tour
Où je tente mes sauts périlleux
C’est le leur et c’est le même leurre
Qui nous mène par monts et par vaux,
Par les chansons, les philosophies,
Les martyrs, les héros, les papes,
Jusqu’au Trou, jusqu’au tombeau de rien,
Quand tout est fini, que tout commence
Ou finit : on ne sait pas très bien...

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« La porte s’ouvre, un cardinal et un mannequin l’effleurent. Le coude de la jeune fille laisse une traînée de poudre sur sa manche renardée, c’est dimanche et pourtant les anges vomissent des arcs-en-ciel. Elle s’engouffre, presse le bouton 4. La porte s’ouvre, le silence l’affleure. »
Chloé Delaume
Sillages (Suite 411)

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Carnets respiratoires La Source Goutte d’eau La Close L’Enceinte L’Indifférent Petit traité d’éducation lubrique Quatre écoutes du tonnerre Si petits les oiseaux L’Ordinaire, la métaphysique La Momie de Roland Barthes C’est l’Eté Entrée en matière L’Œil tourné Le Congrès d’automne Où patiente la lumière Non lieu provisoire Friches Rien qui porte un nom La Guerre entre les arbres Valleuse L’Œuvre au Nord Fragments d’une ville fantôme Le Vingt-deux octobre Le Réel Opéré bouffe Parfois À la Dublineuse La Nuit du libertin Journal de l’homme arrêté