L’Insu
Guy Benoît

publication 1991
9,50 € (9,00 € HT)

L'Insu, Guy Benoît, poèmes, 9 encres de Jacques Vimard, coll. Marine, 15x21.5 cm, 48 p., 1991, ISBN : 2.905910.26.7

Présentation

C’est à une poésie de l’arrachement que donne souffle L’Insu. Les vers, rares, griffent de leurs traces la surface plane de la page. Dans la déchirure qu’ils font, s’ouvre au creux du silence une expérience intime proche de la métaphysique. Celui dont on parle et qui parle aussi peut-être doit se sortir d’une glaciation des souvenirs, des pensées, de l’être : « l’esprit bloqué à l’indicatif passé, dans un labyrinthe de saisons froides, de sang caillé, de rétractions implacables ». La prose ici, vient soumettre les mots du poème à son impérieuse nécessité. On comprend alors que les vers se sont raréfiés comme l’air des profondeurs ou de l’altitude. Nommer, c’est respirer, difficilement, mais respirer encore et donner alors toutes ses chances à une vie où l’exaltation serait possible « jusqu’aux fastes de l’air. »
Face à cette poésie retenue, les encres de Jacques Vimard déploient leurs tensions dans une géographie de noirs et blancs qui sollicitent autant la contemplation que l’introspection. Et le livre alors offre plus d’un voyage intérieur à son lecteur.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Goutte d’eau Mi-ville mi-raisin La Peur et son éclat Tu me libellules Nuitamment Le Congrès d’automne Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Un éditeur... Voilà ! Tacatam Blues Bavard au cheval mort et compagnie Rire parmi les hirondelles L’Homme traversé Le Jour se lève encore Fragments d’un meurtre Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Toboggans des maisons L’Incomparable promenade La poésie est facile Des étoiles sur les genoux Musée de l’os et de l’eau Ombres classées sans suite On disait L’Absent L’Errance, la dérive, la trace Zoophile contant fleurette Une voix pour Orphée Villégiatures & Cie Insensément ton corps Billet pour le Pays doré L’Indifférent