L’Ourlet du ciel
Jean-Marie de Crozals

publication 1999
21,00 € (19,91 € HT)

L'Ourlet du ciel, Jean-Marie de Crozals, poèmes, 10 goudrons de Daphné Brottet, coll. David, 15x21.5 cm, 168 p., 1999, ISBN : 2.913388.06.X

Présentation

L’Ourlet du ciel : là où les lèvres du monde - terre et ciel - se rejoignent, baisent l’espace temps d’une parole qui doucement s’ouvre à nous à l’intérieur de toi, ainsi disparaissant pour être, dans la forge du soufle, abandonnés à la Beauté sans appui, humus céleste, bleu incarné dans la distance des pieds à la tête ; le vent dehors coulé dans la langue, mains jointes à l’infini.

Extrait

Maintenant
En ce lieu de nulle part
Lit de notre Jouissance
Tu es nue et une
Née du Présent et de l’Amour infini
Retournant au même
L’Amour merveilleux de notre jaillissement
Immobile
Naît à l’unité et à la nudité de notre Abandon
Ainsi
En sa limpidité détachée
L’Amour au Monde
Ni vivant ni mort
Ne demande plus rien au Monde
Ni à quoi que ce soit
Ni à qui que ce soit
Tout s’accomplissant
À la perfection
Dans le dénuement de la Lumière

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Mais laisser la pensée ouverte, n’est-ce pas toujours préférer le désarroi ? »
Christian Prigent
Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas

Le plasticien

La Collection

L’Or de l’air Le Bec de la plume Les Madones du trottoir Matière du temps 1 Parfois Les Explorateurs Le Voyageur sans voyage Fragments du solstice L’Errance, la dérive, la trace Toro Ombres classées sans suite Marie-Gasparine La Tombe d’un jeu d’enfant Sillages Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances La poésie est facile Erratiques Les Visages et les voix Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) La Langue au chat De purs désastres, édition aggravée Zoophile contant fleurette Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Impatience Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Les Chiens du vent Ouverture du cri Le Perron Premières poésies (1950-1955) Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime