La Belle vitesse
Ariane Dreyfus

7,50 € (7,11 € HT)

La Belle vitesse, Ariane Dreyfus, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 56 p., 2002, ISBN : 9782840311324

Présentation

« Ce livre, je l’ai voulu traversé par la vitesse des enfants qui grandissent, l’enfance ne peut pas rester, les enfants sont toujours en train de disparaître.
Ainsi la poésie est-elle ce lieu où on peut appuyer sa tête un moment, son front en plein cœur de l’absence.
En veillant à ne pas serrer trop fort ceux qui comptent, que le poème reçoive aussi la fine vibration d’un visage unique. Qu’il contienne, hisse nos trésors jusqu’à l’inoubliable mais qu’il ne paralyse pas la vie : maintenir l’équilibre entre un dire aussi direct que la nudité, ce qui est le plus beau quand on y parvient, comme peau contre peau, et on ne pense à rien, tout est là, et ce besoin de la forme, qui apaise, éclaire, transmet. »

Extrait

Certains matins, ils pépient
plus que des oiseaux :
la nuit n’ose plus rien dire
alors nous ouvrons les yeux

les branches étaient
des chambres

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Alors, nous les émerveillés, nous caressons celle à qui nous devons d’avoir vu en quelques secondes l’Amour prendre le visage de l’Insensé, et l’Insensé celui de l’Immortalité. »
Marcel Moreau
Tectonique des femmes

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Enfant sur la branche L’Homme traversé Premières poésies (1950-1955) Dans le vent du chemin Friches Fragments d’un désastre Le Soleil oiseleur L’Ordinaire, la métaphysique Où qu’on va après ? Encyclopédie cyclothymique C’est l’Eté Le Bec de la plume Entrée en matière Carnets des solitudes Un cri La Peur et son éclat De purs désastres, édition aggravée Tu me libellules Toboggans des maisons La Close Fragments d’un meurtre Les Madones du trottoir Ciel inversé 2 Le Congrès d’automne Solaire La Mort de Woyzeck C’est papa qui conduit le train Carnets respiratoires Rien qui porte un nom En avant l’enfanfare !