La Belle vitesse
Ariane Dreyfus

7,50  (7,11  HT)

La Belle vitesse, Ariane Dreyfus, illustrations de Valérie Linder, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 56 p., 2002, ISBN : 9782840311324

Présentation

« Ce livre, je l’ai voulu traversé par la vitesse des enfants qui grandissent, l’enfance ne peut pas rester, les enfants sont toujours en train de disparaître.
Ainsi la poésie est-elle ce lieu où on peut appuyer sa tête un moment, son front en plein cœur de l’absence.
En veillant à ne pas serrer trop fort ceux qui comptent, que le poème reçoive aussi la fine vibration d’un visage unique. Qu’il contienne, hisse nos trésors jusqu’à l’inoubliable mais qu’il ne paralyse pas la vie : maintenir l’équilibre entre un dire aussi direct que la nudité, ce qui est le plus beau quand on y parvient, comme peau contre peau, et on ne pense à rien, tout est là, et ce besoin de la forme, qui apaise, éclaire, transmet. »

Extrait

Certains matins, ils pépient
plus que des oiseaux :
la nuit n’ose plus rien dire
alors nous ouvrons les yeux

les branches étaient
des chambres

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) L’Ordinaire, la métaphysique Le Bruissement des mots Carnets respiratoires Journal de l’homme arrêté La Traversée des grandes eaux Tectonique des femmes Le Réel Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Le Chat Colomb, Cortez & Cie Arènes 42 L’Homme traversé L’Incomparable promenade Premières poésies (1950-1955) La Couleur tensive L’Evolution des paysages Villégiatures & Cie Couleur jardin Une voix pour Orphée La Close Encre Maintenant la nuit Variations sur des carnets gLoire(s) Sillages On disait Cheminement vers le rien Mobilis in mobilier Fragments d’un meurtre