La Close
Olivier Bernager

publication 1993
7,50 € (7,11 € HT)

La Close, Olivier Bernager, nouvelle,dessin de Maurice Roche, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 40 p., 1993, ISBN : 2.905910.42.9

Présentation

D’emblée on est saisi par une voix, une langue qui trébuche, répète, tente de trouver en elle la force d’échapper à la mort prochaine. Qui parle ? D’abord on ne sait pas. Est-ce une bête traquée à laquelle des chiens viennent prendre quelques lambeaux de chair ? Est-ce une femme ? Se poser la question c’est aussi se demander qui la pourchassent, cette victime. Des chasseurs ? Des barbares ? Des soldats, non loin de l’ombre portée des miradors ?
Olivier Bernager endosse cette voix, lui donne l’urgence à dire qui est aussi une urgence de la chair et du nom. La phrase va vite, les images violentes s’entrechoquent à la frontière de l’indicible, l’inavouable, l’inouï. La Close est un récit court mais bouleversant, de ceux qui restent longtemps en mémoire. De ceux qui font entendre une vérité impossible à faire comprendre. Un livre choc.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« J’étais nu près de Deborah nue, nos moiteurs s’évitaient à présent, nous souriions vaguement et parallèlement à un ventilateur harassé qui grinçait au plafond. Il y avait une douceur extrême à ne plus se sentir beaux ni désirés. Nous n’avons pas dormi, je pense. Quoique le dos collé au drap, nous avons flotté sous d’invisibles palmes. »
François Salvaing
De purs désastres, édition aggravée

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Dits d’elle Le Bel aujourd’hui L’Appétit de Don Juan Un alibi de rêve Carnets du jardin de la Madeleine Rire parmi les hirondelles L’Evolution des paysages Où qu’on va après ? Capitaine des myrtilles Petits bonheurs Un rossignol sur le balcon Rimbaud, la tentation du soleil Le Loir atlantique C’est des poèmes ? gLoire(s) C’est papa qui conduit le train Une cigale dans la tête Maintenant la nuit Le Bec de la plume Bavard au cheval mort et compagnie Goutte d’eau L’Impossible Manque Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Petit traité d’éducation lubrique Fin’ Amor L’Ombre nue Profondeur du champ de vol Labyrinthe Un cri