La Langue et ses monstres
Christian Prigent

publication avril 1989
Ouvrage épuisé

La Langue et ses monstres, Christian Prigent, essai sur la modernité littéraire, 14x21 cm, 208 p., 1989, ISBN : 978-2-905910-10-0

Présentation

Premier grand essai de Christian Prigent (avant même le Ceux qui meRdrent - P.O.L 1991), La Langue et ses monstres nous livre une réflexion sur l’écriture et les « grandes irrégularités du langage ». Ici, l’auteur débusque les enjeux d’une pensée de la langue à travers les œuvres des grands écrivains du XXe siècle. La précision de la réflexion de Christian Prigent, sa radicalité autant que sa richesse font de cet ouvrage un livre aussi fondamental pour qui s’intéresse à la littérature que passionnant dans les cheminements qu’il propose. On en sort ragaillardi.

La littérature n’est rien si elle ne va pas toucher au fond de ce qui nous parle et nous assujettit. Elle est fort peu de chose si elle ne déchire pas l’écran des croyances d’époque et des formes dont le temps a repassé les plis. Elle n’a d’intérêt que monstrueusement poussée à défaire symboliquement des mondes périmés pour en ouvrir d’autres à nos inquiétudes. Ce livre propose un parcours au travers de quelques « grandes irrégularités de langage » qui relèvent le défi : Maïakovski, Khlebnikov, Gertrude Stein, Burroughs, Cummings, Gadda, Pasolini, Jean-Pierre Verheggen, Hubert Lucot, Valère Novarina... Questions : quel est l’enjeu de la passion sonore et rythmique qui travaille le langage dit « poétique » ? comment lire ces écrits excentriquement disposés entre prose, poésie et quelque chose d’inouï qu’on ne sait nommer ? comment les comprendre ? comment tenter de penser leurs enjeux civiques ?

Extrait

Tout écrivain affronte une double exigence : celle de garder à la langue son pouvoir d’intervention (d’intervention “sociale”) et celle de faire résonner, comme “style”, l’excentricité absolue d’un être-en-proie-aux-signes. Une « écriture » est toujours peu ou prou une volonté de dialectiser cette contradiction entre langue « publique » et langue « privée ». L’effort littéraire de Pier-Paolo Pasolini m’apparaît tendu par un effort pathétique pour donner forme à cette dialectisation. C’est là sa force et son intérêt.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

La Collection

Stabat Mater Toro L’Impatience Cheminement vers le rien Tectonique des femmes Zoophile contant fleurette Un cri Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Fragments d’une ville fantôme Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) En herbe Résidences secondaires Le Sens du toucher Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Avant les monstres Casanova et la belle Montpelliéraine L’Incomparable promenade Le Bel aujourd’hui Fragments du solstice Tu me libellules Un alibi de rêve Stilb suivi de Iréniques Mobilis in mobilier Vladivostok, aller simple Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances Petit traité d’éducation lubrique Les Montagnes du soir Le Vent du dehors C’est papa qui conduit le train Ouverture du cri