La Liesse populaire en France
Lionel Bourg

publication 1998
7,50  (7,11  HT)

La Liesse populaire en France, Lionel Bourg, essai, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

Dans ce petit livre, Lionel Bourg s’interroge sur la place qu’a tenu l’immense liesse populaire du 12 juillet 1998 après la victoire de l’équipe de France de football en Coupe du Monde. Ou, plus exactement, il ne s’interroge pas : il vitupère, dénonce, montre. Adepte du pamphlet ou du journal de la colère, Lionel Bourg ici replace l’événement sportif dans la torpeur mortifère qu’impose le capitalisme. À une France qui s’ennuit, c’est une joie opportune qui est offerte. L’amateur de football qu’est Lionel Bourg, n’en est pas moins lucide : la victoire fêtée fut celle de la frilosité.
Furibard comme on l’aime, dénonciateur des dominations d’aujourd’hui et des mensonges d’hier (ah le joli portrait de Cohn Bendit !) Lionel Bourg réveille les esprits. On en a bien besoin.

Extrait

N’en déplaise aux clichés (encore un effort, nous y sommes presque !), le capitalisme n’est pas un coureur cycliste, fût-il bourré d’hormones de croissance, qui ferait du sur-place avant le sprint final avec la révolution prolétarienne. Sa fermentation, toute macabre qu’elle soit, n’a rien de statique. Crevant de ne pas crever, il réussit, ou feint la réussite, de son coup le plus audacieux, réalisant en négatif le programme communiste.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Quand l’été
n’a plus
que la pluie
et les os
que le ciel
est trop bref
pour l’œil
tout se tient
à la vie
à la mort
dans le cœur. »
Louis Dubost
Des sourires et des pommes

L’auteur

La Collection

Ils L’Imaginaire & Matières du seuil L’Enfant sur la branche Vladivostok, aller simple Le Pôle magnétique Toboggans des maisons Les Choses n’en font qu’à leur tête De purs désastres, édition aggravée Le Chant du destin Fragments d’un désastre La Chambre bouleversée Quatre écoutes du tonnerre Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Casanova et la belle Montpelliéraine Les Montagnes du soir Journal de l’homme arrêté C’est des poèmes ? Arènes 42 Avec des ailes La Peur et son éclat C’est papa qui conduit le train La poésie est facile Monsieur l’évêque avec ou sans mitre Les Mots d’Alice Fin’ Amor Rien qui porte un nom On disait Maintenant la nuit Des étoiles sur les genoux La hulotte n’a pas de culotte