La Liesse populaire en France
Lionel Bourg

publication 1998
7,50  (7,11  HT)

La Liesse populaire en France, Lionel Bourg, essai, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.96.8

Présentation

Dans ce petit livre, Lionel Bourg s’interroge sur la place qu’a tenu l’immense liesse populaire du 12 juillet 1998 après la victoire de l’équipe de France de football en Coupe du Monde. Ou, plus exactement, il ne s’interroge pas : il vitupère, dénonce, montre. Adepte du pamphlet ou du journal de la colère, Lionel Bourg ici replace l’événement sportif dans la torpeur mortifère qu’impose le capitalisme. À une France qui s’ennuit, c’est une joie opportune qui est offerte. L’amateur de football qu’est Lionel Bourg, n’en est pas moins lucide : la victoire fêtée fut celle de la frilosité.
Furibard comme on l’aime, dénonciateur des dominations d’aujourd’hui et des mensonges d’hier (ah le joli portrait de Cohn Bendit !) Lionel Bourg réveille les esprits. On en a bien besoin.

Extrait

N’en déplaise aux clichés (encore un effort, nous y sommes presque !), le capitalisme n’est pas un coureur cycliste, fût-il bourré d’hormones de croissance, qui ferait du sur-place avant le sprint final avec la révolution prolétarienne. Sa fermentation, toute macabre qu’elle soit, n’a rien de statique. Crevant de ne pas crever, il réussit, ou feint la réussite, de son coup le plus audacieux, réalisant en négatif le programme communiste.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Il y a des moyens, je les ai pratiqués, d’aider les rêves à prendre certaines tonalités désirées. »
François Salvaing
Un alibi de rêve

L’auteur

La Collection

C’est des poèmes ? Un alibi de rêve Les Explorateurs L’Œuvre au Nord Un cri L’Alimentation générale de Tombouctou La Poignée de porte Le Vingt-deux octobre L’Absent La Toile de la foraine - Lyon : portrait Tectonique des femmes La Guerre entre les arbres Ciel inversé 1 L’Incomparable promenade Animalimages Lettre d’Afrique à une jeune fille morte Crobards et mounièques Un rossignol sur le balcon Lumière des mains, suivi de L’Incessant tourment d’espérances L’Enfant sur la branche Petit traité d’éducation lubrique Tiens bon la rampe Non lieu provisoire Zoophile contant fleurette La Mort est en feu Premières poésies (1950-1955) Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Nuitamment Mange-Matin La Mort de Woyzeck