Lavoir de toutes les couleurs
Charles Dobzynski

publication 1995
12,50 € (11,85 € HT)

Lavoir de toutes les couleurs, Charles Dobzynski, petite encyclopédie des arts, 14 encres de François Féret, coll. Marine, 15x21.5 cm, 80 p., 1995, ISBN : 2.905910.59.3

Présentation

Poète (prix Max Jacob 1992 pour La Vie est un orchestre), nouvelliste, romancier, traducteur (de Rilke), riche d’une oeuvre qui compte plus d’une vingtaine de titres, Charles Dobzynski se fait ici portraitiste.
Comme son titre l’indique clairement, ce volume expose dans une immense galerie les portraits de peintres et de cinéastes de notre siècle. Des portraits le plus souvent insolites : ainsi Dali devient taxidermiste dans son zoo surréaliste, Klee un « agent double de l’inconscient », Matisse « un funambule prodigieux », Miró « le cambrioleur des surfaces » ; et quand Wahrol fait de la réalité un « tag géant », Woody Allen « sort ahuri du miroir qui lui sert de sac de couchage » et Fellini traque les figures mythologiques « sur les terrains vagues de Rome »...(...)
- Didier Garcia in Le Matricule des anges, N° 13, 1995

Extrait

Le seul papillon qui s’épingle à la toile : notre œil.
Entrer dans la toile comme dans un moulin où se poursuit la mouture sans fin du visible.
Jacques Tati
Le Mercure français, drôle de zigue, a pour zingue un vélo à hélice qui vadrouille en zigzags. Lui, le postier dépossédé, le porteur de bafouilles, l’embrouilleur de correspondances, nous dit, pince-sans-rire : décachetez cette enveloppe, elle contient de la poudre à éberluer.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Car elle aime partir en voyage. Elle aime les voyages en train. Elle aime les trains de longs voyages. »
Guy Goffette
Tacatam blues

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Le Perron Petit traité d’éducation lubrique Entrée en matière Fin’ Amor Rien qu’une ombre inventée Carnets du graphomane Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) 33 Voix Ils Parfois Le Vent du dehors L’Italien Animalimages Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Marie-Gasparine Capitaine des myrtilles Les Macchabs vites Ouverture du cri Fragments d’un désastre La Toile de la foraine - Lyon : portrait Les Eaux noires Maintenant la nuit Nuitamment La poésie est facile À la Dublineuse Toboggans des maisons Casanova et la belle Montpelliéraine La Traversée des grandes eaux Lavoir de toutes les couleurs On disait