Lavoir de toutes les couleurs
Charles Dobzynski

publication 1995
12,50 € (11,85 € HT)

Lavoir de toutes les couleurs, Charles Dobzynski, petite encyclopédie des arts, 14 encres de François Féret, coll. Marine, 15x21.5 cm, 80 p., 1995, ISBN : 2.905910.59.3

Présentation

Poète (prix Max Jacob 1992 pour La Vie est un orchestre), nouvelliste, romancier, traducteur (de Rilke), riche d’une oeuvre qui compte plus d’une vingtaine de titres, Charles Dobzynski se fait ici portraitiste.
Comme son titre l’indique clairement, ce volume expose dans une immense galerie les portraits de peintres et de cinéastes de notre siècle. Des portraits le plus souvent insolites : ainsi Dali devient taxidermiste dans son zoo surréaliste, Klee un « agent double de l’inconscient », Matisse « un funambule prodigieux », Miró « le cambrioleur des surfaces » ; et quand Wahrol fait de la réalité un « tag géant », Woody Allen « sort ahuri du miroir qui lui sert de sac de couchage » et Fellini traque les figures mythologiques « sur les terrains vagues de Rome »...(...)
- Didier Garcia in Le Matricule des anges, N° 13, 1995

Extrait

Le seul papillon qui s’épingle à la toile : notre œil.
Entrer dans la toile comme dans un moulin où se poursuit la mouture sans fin du visible.
Jacques Tati
Le Mercure français, drôle de zigue, a pour zingue un vélo à hélice qui vadrouille en zigzags. Lui, le postier dépossédé, le porteur de bafouilles, l’embrouilleur de correspondances, nous dit, pince-sans-rire : décachetez cette enveloppe, elle contient de la poudre à éberluer.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Dans trente ans maximum, ce serait l’hospice, car sans femme ni enfants, qui s’occuperait du vieillard libidineux que je serais devenu ? Est-ce que je baverais sur les infirmières ? Allongé dans mon cercueil, est-ce que je banderais encore ? »
Christian Garcin
Circé ou Une agonie d’insecte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Appétit de Don Juan Poèmes poids plume Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Solaire Goutte d’eau Carnets respiratoires C’est papa qui conduit le train Pays simple Pour apprendre la paix à nos enfants Tectonique des femmes La Nuit du libertin Cheminement vers le rien Mange-Matin Toboggans des maisons Stilb suivi de Iréniques Non lieu provisoire Banlieue nord Avec des ailes De purs désastres, édition aggravée Où qu’on va après ? La Langue et ses monstres Fragments d’une ville fantôme Les Chiens du vent Des étoiles sur les genoux L’Absent Musée de l’os et de l’eau Pleine lucarne Les Mots d’Alice La poésie est facile Un éditeur... Voilà !