Le Chant du destin
Philippe Lekeuche

publication 1987
9,00  (8,53  HT)

Le Chant du destin, Philippe Lekeuche, poèmes, 4 encres de Jean Dalemans, coll. L'Ostiaque, 14x21 cm, 80 p., 1987, ISBN : 2.905910.05.4

Présentation

En ces jours-là, nous fut imposé un exode. Comme une horde nous fuyâmes en hâte, emportant quelques vivres, des armes, et ce qui nous restait d’âme et de cœur.

Nous traversâmes des vallons, des plaines, des montagnes, des déserts. Nous côtoyâmes des ravins, des précipices, des falaises, des fleuves sans fin.

L’Ennemi était partout, à la manière de l’Amour.
Nous nous battîmes contre le rien, contre des démons de chair, contre des choses plus cruelles que les satans.

Nous connûmes aussi le bonheur.

La troupe que j’étais chanta, chanta tous les jours, de l’aurore à l’aube du soir, à perdre haleine, à élever nos voix plus haut que Babel.

Ce sont quelques-uns de ces chants, lecteur, que tu trouveras dans ce livre.
 P.L.

(...) A tous les niveaux de la communication poétique, Lekeuche nous délivre une découverte éminemment personnelle. Car voilà une nouvelle voix poétique, au plus aigu de ses aveux savamment spontanés...
 Jacques De Decker

Extrait

CHANT.19
Toi qu t’empares de mon nom, m’empires mêmes, prenant sur toi d’étendre, au bord de moi seul, ton domaine, as-tu, chère emprise, le cœur à me rire, à pleurer, réclames-tu, cruel enfant, tel un jouet qui te lasse bientôt, ma tête ?

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Si petits les oiseaux Ils Le Vingt-deux octobre Mon chat son chien et le cochon du voisin Un alibi de rêve Chambre de feuilles La Couleur tensive Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Banlieue nord Dans le vent du chemin Pour apprendre la paix à nos enfants Chroniques d’un promeneur assis Un rossignol sur le balcon La Source 33 Voix Capitaine des myrtilles Presque le bonheur Où patiente la lumière C’est l’Eté L’Ombre nue La Traversée des grandes eaux Erratiques Le Bruissement des mots Billet pour le Pays doré Les Explorateurs Fragments du solstice La Poignée de porte Arènes 42 L’Homme traversé Profondeur du champ de vol