Maintenant la nuit
Thierry Renard

publication 1998
7,50 € (7,11 € HT)

Maintenant la nuit, Thierry Renard, poèmes, 6 collages de Lionel Bourg, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 1998, ISBN : 2.905910.94.1

Présentation

En six chants et une ouverture où la prose s’accouple à la poésie, Thierry Renard tente de reconstituer les fragments épars du désir, de l’amour. À une aimée souvent absente, il confie les images tendues de son attente, le souhait presque aussitôt endeuillé d’une idylle sans paroles. La langue bute sur l’impossibilité de faire advenir ce que le corps désire, mais, en même temps, elle anime les images fantasmagoriques d’un amour qui nouerait le corps et l’âme au cœur d’une lumière éclatante.

Maintenant la nuit. Précis, métaphores neuves qui nous lavent jusqu’au squelette, la mort comme une étoile secrète dans le ciel qu’on ne voit pas. Merci pour ce livre que tu nous donnes.
- Serge PEY

Extrait

« On a trop peu à perdre. Je ne me ferai jamais à l’idée que l’ivresse primitive et l’intelligence des sens ne sont que forteresses animales.
Ombre qui passe et qui m’enlace, rends-moi ma part d’éternité. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Voilà le miracle, songea-t-il, je ne pense à personne. Je ne pense à rien. Je pense seulement au billet dans ma poche, voilà tout. »
Éric Faye
Billet pour le Pays doré

L’auteur

Le plasticien

La Collection

L’Existence poétique Ciel inversé 2 L’Errance, la dérive, la trace L’Ombre nue La Momie de Roland Barthes Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Ils La Chambre bouleversée Matière du temps 2 Dans la présente abjection des mondes Casanova et la belle Montpelliéraine Petit Traité d’éducation lubrique (édition 2010) Pour mon ours blanc Musée de l’os et de l’eau Carnets du graphomane Ouverture du cri Un rossignol sur le balcon L’Ourlet du ciel Arènes 42 Les Madones du trottoir Carnets respiratoires Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Stilb suivi de Iréniques Les Eaux noires Fragments d’une ville fantôme Dans les jardins mouillés Rien qui porte un nom L’Imaginaire & Matières du seuil Le Jour se lève encore Valleuse