Mon chat son chien et le cochon du voisin
Clod’Aria

Ouvrage épuisé

Mon chat son chien et le cochon du voisin, Clod'Aria, illustrations de Jean-Louis Pérou, poèmes, collection « Le Farfadet bleu », 11x19,2 cm, 48 p., 1998, 7.50€, ISBN : 9782840310617

Présentation

Clod’Aria ne compte plus les chats qu’elle a accueillis, les
siens et ceux de passage. Ils sont les héros de ce petit
livre : ceux qu’on « embrasse à défaut d’autre chose », « les
galeux, les croûteux, les sans maître » , les chats disparus
qui « miaulent dans (sa) tête » ... II y a aussi le chien de
Monsieur qui squatte « le meilleur fauteuil » ; et puis, le
cochon que le boucher est venu tuer chez le voisin. Un petit
monde souvent souriant et truculent, mais aussi parfois
tragique et violent qui ressemble fort à celui des humains.
Dans des poèmes dégraissés au plus près, Clod’Aria sait
trouver les mots pour dire la tendresse et l’amour, et ceux
pour s’insurger contre la bêtise et l’ignorance qui excluent
ou qui tuent.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Vladivostok, aller simple Ciel inversé 1 Une cigale dans la tête Le Loir atlantique Pour mon ours blanc Dans les jardins mouillés Pleine lucarne Fin’ Amor Le Réel Le Bruissement des mots Les Explorateurs Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova Chambre de feuilles Dits d’elle Cheminement vers le rien Villégiatures & Cie L’Etoffe des Corps Le Vent du dehors L’Errance, la dérive, la trace Erratiques Chroniques d’un promeneur assis L’Existence poétique Premières poésies (1950-1955) Un oursin Carnets du graphomane La Belle vitesse L’Imaginaire & Matières du seuil Poèmes poids plume Ouverture du cri Colomb, Cortez & Cie