Fragments du solstice
Jean-Claude Hauc

publication 2000
Ouvrage épuisé

Fragments du solstice, Jean-Claude Hauc, récit, 6 dessins de Frédéric Khodja, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2000, 7,50€, ISBN : 2.913388.19.1

Présentation

Le journal constitue souvent la part socialement irréductible de l’œuvre d’un écrivain. Le lieu où celui-ci tranche dans la chaîne biologique et s’approche en tremblant de l’origine de sa singularité. La lune du solstice d’été baigne ces fragments d’une lumière de soufre. Les êtres qui les peuplent semblent avoir perdu la raison à l’instant où Mars et Vénus sont entrés en conjonction dans l’infini du ciel.

Les ouvrages de Jean-Claude Hauc peuvent se lire de deux manières. Comme des textes où le plaisir secret transforme la lecture en activité clandestine, où la sensualité crue du verbe appelle le trouble, très loin de l’indigence phantasmatique de l’image. Mais aussi comme des preuves bien tangibles du fait que les vies qui y sont écrites, guidées par l’appel des pulsions, sont à même de nous renseigner, plus que d’autres, sur le miracle toujours renouvelé de l’écriture.

- Frédéric Joly (extrait), in Septimanie, 2003.

Extrait

« Caroline n’a pu s’abstenir de pleurer à la fin du repas, lorsque j’ai brièvement évoqué l’enterrement de ma mère. Sanglots sonores et larmes inondant ses joues roses. Elle paraissait ne plus jamais devoir s’arrêter. J’ai toujours trouvé ridicule ses manifestations de tristesse chaque fois qu’il m’arrive quelque désagrément. Comme si elle voulait absolument partager ma douleur. Se l’approprier et m’en déposséder.
À la fin, j’ai dû la consoler et cela s’est terminé sur le divan du salon. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« C’est une émeute, avait dit l’un des hommes. Un soulèvement populaire, avait ajouté l’autre. Les carabiniers du village avaient fini par se décider à venir voir ce qui se passait. Ils avaient aidé les deux hommes à remonter dans leur autocar qui s’était enfui. À Santa Maria di Momentana, les maçons avaient achevé de monter le mur de briques. La Madonna était cloîtrée, hiératique. En bas, trois femmes caressaient l’enfant sous la robe qui frémissait. Le printemps était là en cette année 1944. »
Michaël Glück
L’Enceinte

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Lavoir de toutes les couleurs Avec des ailes L’Absent Toro Crobards et mounièques Sillages L’Œil tourné Tu me libellules Où patiente la lumière Dans les jardins mouillés Valleuse Carnets des solitudes Pays simple Des garous et des loups Les Chiens du vent Une clarté de passage Maélo Fragments du solstice Ciel inversé 2 La poésie est facile L’Indifférent Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Profondeur du champ de vol Quatre écoutes du tonnerre L’Homme traversé Dits d’elle Fragments d’un meurtre Ne me faites pas dire ce que je n’écris pas Des étoiles sur les genoux Journal de l’homme arrêté