L’Enceinte
Michaël Glück

publication 16 juin 2010
7,50  (7,11  HT)

L'Enceinte, Michaël Glück, récit sur La Madonna del Parto de Piero della Francesca, coll. L'Anthrope, 12x16 cm, 36 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-76-5 (réédition)

Présentation

Nous sommes en 1944 en Toscane. La guerre s’éloigne. À Monterchi, les femmes font opposition de leurs corps pour empêcher les autorités de prendre la Madone de Santa Maria di Momentana. Les hommes l’emmurent pour la protéger. Dix ans plus tard, le conseil municipal refuse que la fresque soit prêtée pour une exposition sur la Première Renaissance. Tout le village résiste. Chagall vient voir l’œuvre d’art, cette Madone enceinte peinte par Piero della Francesca. Michaël Glück, en trois mouvements, développe une réflexion sensible sur la place de l’art, la féminité, l’Histoire. Il met au jour cette énigme du corps qui est un corps autant qu’une pensée, et évoque une émotion qui vient du ventre.

Angèle Paoli présente L’Enceinte dans sa revue « littéraire, artistique & cap-corsaire » Terre de femmes.

Extrait

« Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qu’est-ce qu’une émotion esthétique ? Quand la porte de la Momentana s’ouvre sur ce baldaquin que deux anges jumeaux soulèvent et ouvrent sur la Vierge qui s’ouvre sur l’enfant à venir, le mot art, le mot esthétique restent sur le seuil. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Jardin comme posé
dans ma mémoire j’ai neuf ans.
Le tilleul est rutilant le
silence éclabousse au milieu de l’été et
tant d’abeilles dans les branches.
Ce que je peux m’emmerder ! »
Dominique Fabre
Avant les monstres

L’auteur

La Collection

La Peur et son éclat Lettre d’Afrique à une jeune fille morte L’Alimentation générale de Tombouctou L’Etoffe des Corps Dans le vent du chemin Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Entrée en matière Villégiatures & Cie En avant l’enfanfare ! Fidèles félidés C’est l’Eté Musée de l’os et de l’eau Le Congrès d’automne Le Vent du dehors Insensément ton corps Ciel inversé 1 Le Réel Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives Des garous et des loups L’Indifférent En herbe Ombres classées sans suite Corps antérieur Fragments d’un désastre Al dente (de l’amour, du poème et des spaghetti) Ouverture du cri Pour mon ours blanc Les Madones du trottoir La Source L’Œil tourné