L’Enceinte
Michaël Glück

publication 16 juin 2010
7,50 € (7,11 € HT)

L'Enceinte, Michaël Glück, récit sur La Madonna del Parto de Piero della Francesca, coll. L'Anthrope, 12x16 cm, 36 p., 2010, ISBN : 978-2-913388-76-5 (réédition)

Présentation

Nous sommes en 1944 en Toscane. La guerre s’éloigne. À Monterchi, les femmes font opposition de leurs corps pour empêcher les autorités de prendre la Madone de Santa Maria di Momentana. Les hommes l’emmurent pour la protéger. Dix ans plus tard, le conseil municipal refuse que la fresque soit prêtée pour une exposition sur la Première Renaissance. Tout le village résiste. Chagall vient voir l’œuvre d’art, cette Madone enceinte peinte par Piero della Francesca. Michaël Glück, en trois mouvements, développe une réflexion sensible sur la place de l’art, la féminité, l’Histoire. Il met au jour cette énigme du corps qui est un corps autant qu’une pensée, et évoque une émotion qui vient du ventre.

Angèle Paoli présente L’Enceinte dans sa revue « littéraire, artistique & cap-corsaire » Terre de femmes.

Extrait

« Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Qu’est-ce qu’une émotion esthétique ? Quand la porte de la Momentana s’ouvre sur ce baldaquin que deux anges jumeaux soulèvent et ouvrent sur la Vierge qui s’ouvre sur l’enfant à venir, le mot art, le mot esthétique restent sur le seuil. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Ce pourrait être là.
Ce lieu où un regard, peut-être, suffirait pour étreindre, un instant, l’éblouissante lumière de l’attente. »
Jean-Pierre Spilmont
Lumière des mains

L’auteur

La Collection

Casanova et la belle Montpelliéraine Coquerets et coquerelles L’Insu La Nuit du libertin En herbe Le Bel aujourd’hui Chroniques d’un promeneur assis Petit traité d’éducation lubrique Corps antérieur L’Incomparable promenade Tectonique des femmes Toro L’Errance, la dérive, la trace Bavard au cheval mort et compagnie La Liesse populaire en France Tacatam Blues Poèmes et lettres d’amour Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte L’Œil tourné Vladivostok, aller simple Entrée en matière Arènes 42 L’Ordinaire, la métaphysique On disait gLoire(s) La Peur et son éclat L’Ombre nue Maintenant la nuit Carnets du graphomane Cheminement vers le rien