La Couleur tensive
Maurice Benhamou

publication 2003
12,00 € (11,37 € HT)

La Couleur tensive, Maurice Benhamou, aphorismes, 6 peintures originales de Jacques Clauzel en quadrichromie, 17x24 cm, 40p., 2003, ISBN : 2.913388.43.4

Présentation

Qu’est-ce qui fait une peinture ? La couleur ? Le vide dans lequel elle s’inscrit ? Maurice Benhamou pose ici, comme des axiomes, 57 propositions pour définir ce qui se joue dans une toile. « Il y a la couleur et le surgissement de la couleur. Le chromatisme et l’effet tensif. » De l’événementiel a lieu lorsqu’une couleur vient occuper un espace vide, s’inscrire dans du vide ou modifie par voisinage les autres couleurs qui l’entourent.
Posés comme des aphorismes, les axiomes de Maurice Benhamou tracent d’infinies voies de réflexion autour de l’art. Sans perdre de vue, bien évidemment, le plaisir qui naît de la confrontation à la peinture : « Aller au-devant de l’espace plastique, c’est regarder le tableau en amant et non plus en professeur ou en savant. »
Magnifiquement accompagné par le peintre Jacques Clauzel, Maurice Benhamou a composé ici un livre indispensable pour tout amateur d’art.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« On disait
que c’était avant la buée sur les vitres,
que c’était avant la neige sur les trottoirs,
que c’était avant les crêpes qu’on enroule
et avant les histoires du soir. »
Pascal Leclercq
On disait

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Rien qui porte un nom gLoire(s) Presque le bonheur Petites proses voyageuses Petits bonheurs Fin’ Amor Faire des études pour être mendiant Le Congrès d’automne Course libre Corps antérieur Villégiatures & Cie Stilb suivi de Iréniques Tacatam Blues Le Voyageur sans voyage Journal de l’homme arrêté Maélo L’Errance, la dérive, la trace La Peur et son éclat Où qu’on va après ? Ombres classées sans suite Nuitamment Lavoir de toutes les couleurs Premières poésies (1950-1955) Triptike C’est des poèmes ? Poèmes poids plume Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Le Soleil oiseleur L’Oiseau de nulle part La Momie de Roland Barthes