La Guerre entre les arbres
Jacques Abeille

publication 1997
7,50 € (7,11 € HT)

La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, proses et poèmes, 5 encres de Jean-Gilles Badaire, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1997, ISBN : 2.905910.84.4

Présentation

C’est à des noces de chair que nous convient ces poèmes qu’une prose introduit. Un homme passe une nuit dans un sous-bois « où l’avait poussé la faim ». Une faim sensuelle à laquelle un désir impétueux sert les images d’un accouplement fantasmé, entre celle qu’il aime et lui, dans l’écho organique de la nature. Jacques Abeille excelle à dresser au vif du poème les images crues de l’amour. Ses vers mêlent en un seul chant le corps aimé et les formes que le vent donne aux branches, que la terre donne aux racines. Les peintures de Jean-Gilles Badaire, dans l’obscur du noir et blanc, déclinent l’analogie des formes végétales avec le sexe féminin. Un joli livre à offrir pour dire ce qu’est l’amour quand le désir l’habite.

Quand, dans l’avertissement de son livre La Guerre entre les arbres, Jacques Abeille, tellement saisi par les paysages envahis par la végétation (luxuriante, luxurieuse, si évidemment anthropomorphe - nodosité ici, tige là), évoque le sous-bois, sans doute ne dit-il pas autre chose que la poésie « n’est pas un lieu de paix mais un champ de bataille dévasté où la cruauté se fait d’autant plus âpre que silencieuse, lente, constante ».
- « Approcher l’œuvre de Jacques Abeille, dit aussi Léo Barthe », Bernard Bretonnière, avril 2011, Maison de la poésie de Nantes. Pour lire le texte intégral sur le site des éditions de l’atelier In8 cliquez ici.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Maintenant, voici venu pour moi le temps de me décider à faire retour en arrière, de tenter de trousser congrûment quelque chose à ma guise, une sorte d’écriture pure de tout sens civique. Le besoin est sans doute inscrit dans les gènes : pressentiment reptilien que tout disparaîtra d’un coup.
Dany, Piteur, Olivier, il n’y a plus au monde une seule trace d’eux. Tout ce qui reste est en moi. »
Sylvain Fourcassié
Les Madones du trottoir

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Couleur jardin Un alibi de rêve On disait Pleine lucarne L’Œil tourné L’Impatience Avant les monstres Mi-ville mi-raisin Fidèles félidés Ombres classées sans suite Vladivostok, aller simple Avec des ailes Chair de Sienne L’Enfant sur la branche Fin’ Amor Où qu’on va après ? Presque le bonheur Triptike La Mort de Woyzeck Corps antérieur Erratiques Stilb suivi de Iréniques Mobilis in mobilier Ciel inversé 2 C’est des poèmes ? Fragments d’un meurtre Dans le vent du chemin Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime La Ville est mosaïque Fragments d’un désastre