L’Ordinaire, la métaphysique
Alain Roussel

publication 1996
7,50 € (7,11 € HT)

L'Ordinaire, la métaphysique, Alain Roussel, récit, 8 dessins d'Yvon Guillou, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1996, ISBN : 2.905910.78.x

Présentation

À la mode de Francis Ponge, Alain Roussel propose ici une série de textes très courts autour de la « chaise », « la table », « la porte », « la fenêtre », « les murs », « le plancher et le plafond », « la tête », « le trottoir », « la ville », « le pied », « le chemin », « l’arbre », « la neige », « le reflet », « la main », « la lumière, la nuit », « l’oiseau, la terre, le ciel ». Une série qui se termine par : « l’homme ». Textes courts mais qui s’ouvrent comme le ruban de Möbius sur une interrogation poétique et parfois amusée : « La table est toujours au centre. Même dans un coin, elle est au centre. ». On suit les méandres d’une pensée qui sait faire, subtilement, des sauts périlleux et métaphysiques, qui remet de l’inattendu dans l’ordinaire : « L’oiseau voudrait ressembler au ciel mais n’y arrive pas. Quelles que soient l’ampleur et l’aisance de son vol, c’est la terre qui lui a forgé les ailes, qui lui a construit le corps, et c’est à elle qu’il appartient. »
Dans son petit format de la collection L’Anthrope, L’Ordinaire, la métaphysique joue ainsi le rôle du vade-mecum qui ouvre l’horizon du quotidien. Un délice...

Extrait

« Celui qui cherche le sens et à ficeler le monde, c’est l’homme. Par sa forme verticale et somme toute étroite, il aurait pu rester un simple point d’exclamation dans la phrase interminable qui a commencé dès sa naissance. Mais l’oreille est là, de chaque côté du visage, à poser l’interrogation qui, sans elle, resterait en suspens dans les yeux. Alors, le regard s’envole vers la réponse. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« On disait
que c’était avant la buée sur les vitres,
que c’était avant la neige sur les trottoirs,
que c’était avant les crêpes qu’on enroule
et avant les histoires du soir. »
Pascal Leclercq
On disait

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Premières poésies (1950-1955) Résidences secondaires Capitaine des myrtilles Friches Le Réel La Belle vitesse La Liesse populaire en France Faire des études pour être mendiant Bavard au cheval mort et compagnie Carnets respiratoires Arènes 42 La Guerre entre les arbres La Traversée des grandes eaux L’Enfance est mon pays natal Banlieue nord En herbe Rien qu’une ombre inventée L’Ourlet du ciel Des sourires et des pommes Guérir par les mots (poèmes médicaux, médicinaux et pharmaceutiques) Le Sens du toucher Un cri Ombres classées sans suite L’Oiseau de nulle part La Toile de la foraine - Lyon : portrait Poèmes poids plume Tombeau de Joseph-Ferdinand Cheval, facteur à Hauterives L’Impatience Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime Le Perron