Le Congrès d’automne
Vahé Godel

publication 1995
7,50 € (7,11 € HT)

Le Congrès d'automne, Vahé Godel, nouvelle, 7 gravures de Jacques Clauzel, coll. L'Anthrope, 12x16.5 cm, 32 p., 1995, ISBN : 2.905910.55.0

Présentation

Une étrange confrérie se réunit pour un grand festin dans deux salles jumelles. Sur les murs, une longue fresque et des tapisseries évoquent les errances d’Atémis. Des têtes de gibiers multiples veilleront sur les agapes.
Où sommes nous ? Qui sont ces personnages inquiétants, seuls à connaître la partition du rituel auquel nous assistons ? Qu’est-il arrivé à « l’amazone des îles » dont les lunettes noires masquent « des paupières meurtries, sans cils, et des yeux curieusement bridés, que cernent des cicatrices mauves encore pourvues de fils, sinueux chapelets de petites mouches noires. »
Vahé Godel envoûte le lecteur, dans ce récit où le fantastique s’impose d’autant plus qu’il reste discret, comme tapi dans l’obscurité d’un récit dont la force d’évocation conduit loin...

Extrait

« Au beau milieu du festin, tandis que les viandes s’amoncellent, que les sauciers circulent, que s’inclinent les bouteilles trapues et armoriées, un seul convive a cessé de manger et sa coupe demeure aux trois-quarts pleine : il s’affaisse peu à peu, se tasse, s’amenuise, comme s’il cherchait à s’effacer, à s’abstraire de ce monde bavard, humide et carnivore. Nul doute, il est en train d’abandonner son siège, mais par le bas, curieusement, comme si quelque force invisible le tirait par les pieds : il se coule en effet - il se laisse couler - sous l’énorme table napée de pourpre, de manière insensible, au point que personne - ni servant ni servi - ne prête attention à cet engloutissement. »

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Quand l’été
n’a plus
que la pluie
et les os
que le ciel
est trop bref
pour l’œil
tout se tient
à la vie
à la mort
dans le cœur. »
Louis Dubost
Des sourires et des pommes

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Rimbaud, la tentation du soleil Toboggans des maisons C’est l’Eté Encyclopédie cyclothymique Premières poésies (1950-1955) Les Eaux noires Casanova et la belle Montpelliéraine L’Ombre nue De purs désastres, édition aggravée Fidèles félidés Pour apprendre la paix à nos enfants Les Madones du trottoir Des étoiles sur les genoux La Peur et son éclat Prière d’insérer suivi de Cote d’alerte Rien qui porte un nom Billet pour le Pays doré L’Enfance est mon pays natal Marie-Gasparine Fragments d’un désastre Mon chat son chien et le cochon du voisin Le Bel aujourd’hui Le Chant du destin Banlieue nord Toro L’Oiseau de nulle part L’Indifférent Dits d’elle L’Ordinaire, la métaphysique Encre