Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova
Jean-Claude Hauc

publication 2000
7,50  (7,11  HT)

Quel sangue... Quella piaga... Une guirlande pour Casanova, Jean-Claude Hauc, essai, 5 dessins de Daphné Brottet, coll. L'Anthrope, 12x16,5 cm, 32 p., 2000, ISBN : 2.913388.20.5

Présentation

Le premier souvenir intime de Casanova est une hémorragie survenue à l’âge de huit ans et soignée par une guérisseuse. La sorcellerie ne parviendra pas, pourtant, à le guérir définitivement. Il y aura donc de brusques retours, parfois en pleine « lutte » amoureuse. Telle jeune femme se retrouvera, dans quelque position scabreuse, brusquement constellée de gouttelettes de sang. A son plus grand effroi, ou ravissement. Mais l’aventurier et séducteur retrouvera le sang par d’autres voies. Fausse couche, duels... Devant le vertige procuré par son épaisseur, sa couleur à la fois inquiétante et envoûtante, Casanova ne s’attarde pas trop, préfère le rire et la poursuite du catalogo de ses conquêtes. Leur bonheur, aussi. Le sang, ici, n’a que peu à voir avec la violence et la brutalité. « Il constitue simplement le sceau de l’amour » comme le dit superbement Chantal Thomas, citée par Hauc, qui met en valeur, dans cette guirlande bellement illustrée par Daphné Brottet, la vitalité et la gaieté du désespoir du personnage.

 Frédéric Joly (extrait), in Le Mensuel, 2003.

Extrait

Tous ses lecteurs le savent, Casanova aime à s’épancher. A se distiller et se répandre. Larmes, sperme, sécrétions diverses et sang. Ce sang dont il ne saurait désormais avoir peur. Qu’il s’agisse du sien ou de celui, délicieux, de ses jeunes maîtresses. Car sur ce point également, Casanova est bien le frère de Don Giovanni : “sua passion predominante è la giovin principiante”. Ainsi combien en aura-t-il « cueilli », comme il a coutume de dire, de ces fleurs rouges, tout au long de son existence ? Les casanovistes en ont dénombré vingt-huit. Depuis Nanette et Marton qu’il déflora l’une et l’autre dans le même temps où elles se partageaient sa propre virginité, jusqu’à Lia, la jeune juive dont la grâce illumine l’un des derniers chapitres de son livre. Mais que peut signifier ici le fait d’avancer un chiffre ? La vie de Casanova n’est qu’une longue suite de brefs instants de bonheur. Une guirlande de plaisirs enchaînés les uns aux autres.

Votre panier

Votre COMPTE

Non connecté

« Trois hérons traversent le ciel de Nantes,
un beau soir de mars de l’an mil neuf cent nonante
neuf : j’ai noté au vol ce hiéroglyphe. »
Jean-Pierre Chambon
Labyrinthe

L’auteur

Le plasticien

La Collection

Entre chagrin et néant (audiences d’étrangers) Rien qui porte un nom La Couleur tensive L’Absent L’Incomparable promenade Carnets des solitudes Petites proses voyageuses Toro Friches Ciel inversé 1 Un habitué des courants d’air On disait Où patiente la lumière L’Etoffe des Corps La Liesse populaire en France Le Bel aujourd’hui La Mort est en feu Les Choses n’en font qu’à leur tête Poèmes poids plume Dans la présente abjection des mondes Fragments d’un meurtre En avant l’enfanfare ! Vladivostok, aller simple Où qu’on va après ? Tu me libellules Rien qu’une ombre inventée Insensément ton corps Le Taureau, la rose, un poème Le Loir atlantique Dans les jardins mouillés